La recherche photographique et la restitution de résultats

La recherche photographique

Trois moments bien précis régissent la pratique de la recherche photographique : prendre des photos du lieu et des objets d’analyse ; confronter les hypothèses avec les images obtenues ; restituer les résultats. Il va sans dire que le sociologue qui fait de la sociologie visuelle doit avoir cette capacité à entrer facilement en contact avec les gens dans les situations les plus diverses aux fins de sa recherche.

© Pierre Fraser / L’itinérant qui quémande un repas (Quartier St-Roch, Québec, 1e août 2015)

La photo ci-dessus, prise par mon collègue Pierre Fraser, est tout à fait représentative de cette démarche. Afin de confronter nos hypothèses respectives quant aux quartiers centraux en plein processus d’embourgeoisement, nous avions besoin de photos qui représenteraient au mieux le phénomène de mixité sociale relative à ce type de quartier et celle-ci est particulièrement explicite à ce sujet. Un homme, visiblement itinérant, accompagné de son chien, demande à l’homme assis à la table s’il accepterait de lui offrir un repas. L’homme assis à la table et qui consulte son téléphone ne répond pas immédiatement. En fait, il mettra environ trente secondes avant de répondre et lui paiera finalement le repas en question[1]. La sociologie visuelle permet de rendre compte des multiples contrastes sociaux qui prévalent dans notre société dite d’abondance. Comme le disait si bien Jean-Charles Falardeau, le sociologue « est aussi un homme qui apprend avec ses pieds […] en observant patiemment, longuement et méthodologiquement, sur place, les problèmes sociaux qu’il a à étudier[2]. »

La restitution de résultats

La restitution de résultats consiste en la production et la visualisation des résultats obtenus. Il s’agit ici de traiter l’image comme un modèle d’expression, de communication, de monstration et de démonstration. Cette démarche, avant tout qualitative, doit rassembler les trois principes fondamentaux d’une analyse : la description, la recherche des contextes, l’interprétation. Le tout peut prendre soit la forme d’un article scientifique où le texte accompagne les photos, soit la forme d’un documentaire, d’une entrevue ou d’une capsule vidéo.

© Pierre Fraser / L’homme aux vêtements usés et élimés (Quartier St-Roch, Québec, 1e août 2015)
© Pierre Fraser / La jeune femme chic (Quartier St-Jean-Baptiste, Québec, 31 mars 2015)

La photo L’homme aux vêtements usés et élimés se veut une amorce pour un article traitant des attitudes corporelles et du port de certains vêtements liées à l’appartenance à une classe sociale donnée. Si on part de l’idée que les attitudes corporelles se construisent, dans les quartiers défavorisés, à partir de corps fatigués, de vêtements usés et élimés, la démarche lente et les itinéraires discrets, en contraste avec l’environnement global mobile, c’est peut-être qu’elles traduisent une certaine inertie, un certain abandon au sort. À l’inverse, les corps jeunes et énergiques, vêtus à la dernière mode et à la démarche affirmée, sont en contraste, dans les sociétés occidentales, avec une large part de la population vieillissante. Concrètement, la géométrie sociale se construit toujours à partir de contrastes, de là la nécessité de tout un travail de typification des attitudes corporelles qui reste encore à faire. En ce sens, cette photo traduit deux phénomènes : (i) la façon de se vêtir de certaines personnes démunies et la posture corporelle, parfois prostrée, des gens défavorisés — certes, tous les gens défavorisés n’ont pas une posture corporelle prostrée ni ne porte tous des vêtements défraîchis — ; (ii) la façon dont les attitudes corporelles des uns et des autres entrent en contraste, tracent des parcours à la fois visuels et sociaux, délimitent un territoire visuel et social où se vit la mixité entre gens nantis et démunis.

La seconde photo, La jeune femme chic, poursuit cette analyse des attitudes corporelles. En l’examinant attentivement, on constate, à l’arrière- plan, un homme adossé à un mur qui est aussi un habitué de la banque alimentaire du quartier et des services de soutien aux personnes démunies. À remarquer aussi le contraste de ses vêtements par rapport à ceux de la jeune femme qui passe tout juste devant lui, tout comme l’attitude corporelle de la jeune femme par rapport à celle de l’homme.

Faut-il ici souligner que l’allure même d’un vêtement signale l’appartenance à un groupe social ou à une classe sociale donnée. En fait, et c’est là où les choses deviennent intéressantes, c’est que si on s’y mettait et qu’on analysait les vêtements que porte la jeune femme, ainsi que le type de valise qu’elle tire, la posture de son corps et la position de sa tête, ceux-ci pourraient nous en dire beaucoup sur sa position personnelle sur le gradient social, tout comme si on procédait à la même analyse pour l’homme à l’arrière-plan ; il y a ici toute une sociologie des postures du corps et de la mode à convoquer.

En fait, le statut socio-économique d’une personne se reflète non seulement dans des indices subtils tels que certains mouvements du corps lorsqu’elle est en relation avec d’autres personnes, mais aussi dans le fait que les inégalités sociales sont reproduites par le corps d’où l’idée que « le corps social fait du corps individuel la courroie de réception, de transmission et de transformation de son ordre symbolique [où] le corps individuel est toujours engendré par l’information à partir de laquelle le corps est socialement construit et reconnu. C’est cette information qui soutient, de façon synchronique, une vision particulière du corps social et du corps individuel[3]. » Donc, en partant de plusieurs photos, il devient dès lors possible de restituer de véritables résultats en autant que l’on fasse une fidèle description de ce qui constitue la représentation de chacune des photos, que l’on en identifie correctement les contextes respectifs, et que l’on puisse parvenir à une interprétation somme toute relativement fiable.


[1] Propos rapportés par le sociologue Pierre Fraser.

[2] Langlois, S., Leroux, R. (2013), Jean-Charles Falardeau, Sociologie du Québec en mutation. Aux origines de la Révolution tranquille, Québec : Les Presses de l’Université Laval, p. 44.

[3] St-Jean, M. (2010), Métamorphose de la représentation sociale du corps dans la société occidentale contemporaine, Thèse de doctorat, UQAM, URL: https://archipel.uqam.ca/3756/1/D1938.pdf.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s