Notions utilisées pour l’exercice de sociologie visuelle

Cet exercice de sociologie visuelle visite deux lieux fort différenciés, un marché public et une banque alimentaire. Le schéma ci-dessous reprend les notions abordées dans la section Repères et territoires visuels dans le but de démontrer comment ces notions permettent d’analyser sociologiquement certains phénomènes sociaux.

Donc, une fonction fédératrice pour ces deux territoires visuels : se nourrir. Alors que le territoire visuel du marché public est celui de l’abondance, celui de la banque alimentaire est celui de l’indigence. De là, deux réseaux visuels où l’un signale la favorisation et une position enviable sur le gradient social, tandis que l’autre signale la défavorisation et le déclassement social — le réseau visuel de la défavorisation est celui qui, dans nos sociétés d’abondance, est quasi invisible, celui que le réseau visuel de la favorisation occulte en quelque sorte. Dans un marché public, tout le parcours visuel s’articule autour de la notion du plaisir de manger à travers une expérience client qui incite à la commensalité. Dans une banque alimentaire, tout le parcours visuel s’articule autour de la notion de sustentation, c’est-à-dire combler un besoin aussi élémentaire que celui de se nourrir. Conséquemment, les repères visuels de chacun de ces deux territoires visuels s’organisent, se structurent et se déploient différemment en fonction de la clientèle visée.

Définitions

Territoire visuel — 1 Un territoire visuel est avant tout géographiquement délimité : en milieu urbain, il correspond généralement à un quartier ; en milieu rural il regroupe des aires aux propriétés et caractéristiques similaires. 2 Un territoire visuel est essentiellement composé de réseaux visuels (le social et le sociétal ; l’intangible) et de parcours visuels (l’espace et le territoire ; le tangible). 3 Un territoire visuel se positionne par rapport à l’espace territorial global sous forme de filtres superposés spécifiques et généraux, inclusifs ou exclusifs. 4 Un territoire visuel est socialement identifiable et décodable par ceux qui l’habitent : les passés historiques des quartiers ou des milieux ruraux, les résidus de ces passés, les images que s’en construisent les habitants et les étrangers.

Repère visuel — 1 Un repère visuel est constitué d’un ensemble de caractéristiques visuelles qui le différencie de tous les autres repères visuels. 2Un repère visuel normalise nos comportements, nos conduites, nos jugements, nos attitudes, nos opinions, nos croyances et différencie ce qu’il convient de faire par rapport à la norme dominante.

Réseau visuel — Ensemble des repères visuels propres à certains réseaux sociaux — culturel, religieux, politique, financier, commercial, judiciaire, éducatif — permettant leur identification et leur localisation dans le but de déclencher une action.

Parcours visuel — 1ensemble des repères visuels désignant un lieu — espace circonscrit — où l’individu se déplace en suivant une direction plus ou moins déterminée dans le but d’accomplir une action. 2Les parcours visuels, en fonction du lieu où ces derniers s’inscrivent, forment aussi des parcours sociaux pour certaines classes sociales et déterminent d’autant des attitudes et des comportements.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s