Le vélo comme symbole du statut social

Le vélo est non seulement devenu symbole de statut social, mais aussi symbole de vertu corporelle : « Avec le vélo les gens retrouvent l’indépendance qu’ils avaient avec la voiture sans avoir les inconvénients de la circulation : ils font de l’exercice, ils respirent et retrouvent la liberté », souligne Bruno Urvoy, un expert en marketing qui a ouvert à Paris la boutique « En selle Marcel ». Modèles personnalisés ou signés par de grands noms de la mode, les vélos haut de gamme sont de plus en plus convoités par une élite urbaine désireuse de « pédaler chic » à Paris, Milan, New York, San Francisco, Montréal, Québec, Toronto ou Tokyo. Loin de l’anonymat des bicyclettes en libre-service, le bourgeois bohème, le hipster ou le cadre pressé recherche une monture distinguée pour laquelle les designers rivalisent d’imagination.

Par exemple, le Rizoma Metropolitan (photo ci-dessous) représente une sorte de must urbain. Avec son design qui le positionne définitivement dans une classe à part, parfaitement équilibré et travaillé par les ingénieurs Milanais de Rizoma, ce vélo, avec potence et cintre en carbone doté d’une transmission par courroie ne pèse que 8 kg. Pour Bruno Urvoy, « avant, la voiture c’était un peu la vitrine du statut social et le vélo est en train de récupérer ce rôle. Il leur permet de dire aux autres « ’Voilà mon style de vie et mon image ». Pour plus de 1 500 $/€, il est désormais possible d’afficher son statut social et « montrer » que l’on est en forme. Toutefois, avec un vélo électrique, il devient plus difficile d’afficher sa bonne forme et sa vertu corporelle, car tous savent que le vélo électrique constitue avant tout une assistance à l’effort, donc diminution de cet effort qui doit être accordé à une véritable mise en forme.

Vélo Rizoma Metropolitan de la boutique parisienne « En selle Marcel »

Pour sa part, la maison de luxe Hermès avait lancé, en 2013 le modèle Flâneur (photo ci-dessous) pour la modique somme de 8 900 €. D’aspect classique, doté d’un cadre en fibre de carbone, de huit vitesses et d’une courroie silencieuse et non salissante, ce vélo avait rencontré beaucoup de succès à la fois auprès des clients habitués de la maison Hermès — car ils y retrouvaient son esprit —, mais aussi auprès de personnes adeptes du vélo, qui y trouvaient quelque chose de nouveau », assurait François Doré, directeur général de Hermès Horizons. Toutefois, en 2021, le vélo en question n’existait plus sur le site d’Hermès ; comme quoi le marketing peut créer de toutes pièces une motivation qui s’effrite aussi vite qu’elle apparaît.

Modèle Flâneur de la maison de luxe Hermès

Au-delà de la maison Hermès et de ses prétentions à créer un vélo haut de gamme pour une clientèle prétendument haut de gamme, il n’en reste pas moins qu’il suffit de voir les vélos qui circulent sur les pistes cyclables pour constater comment s’affiche le statut social.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s