Depuis mars 2020, la pandémie m’a obligé à mettre un terme à tous les tournages de documentaires qui étaient en cours. Donc, des pertes de revenus qui n’ont pu être comblées. De là, ne sachant nullement à quel moment il sera possible de tourner et réaliser d’autres documentaires, je suis dans l’obligation de tirer un trait sur mes recherches en sociologie visuelle. Ce faisant, je reviens donc à la recherche pure en sociologie.


Pierre Fraser (Ph. D.). sociologue

Mon nom est Pierre Fraser. Je suis détenteur d’un doctorat en sociologie (Université Laval) et d’une maîtrise en linguistique (UQAC). À la retraite depuis juin 2020, mon principal champ de recherche est celui de la sociologie du discours. Le but de ma recherche consiste à explorer comment nous parvenons à créer des discours auxquels nous adhérons et comment ceux-ci parviennent parfois à modifier nos comportements en vue de les normaliser dans un certaine direction.


Déconstruire l’Occident

Déconstruire l’Occident, un déclin annoncé, est l’essai sur lequel je travaille actuellement et dont la publication est prévue pour 2021. Le lecteur retrouvera sur cette page les questions que je me pose, les hypothèses que j’avance, les arguments que je construis et les pistes qui sont à explorer afin de comprendre pourquoi l’Occident est sur son déclin.

Carnet de notes

note 1 – donald Trump participe-t-il au déclin de l’OccidenT ?

Donald Trump participe-t-il au déclin de l’Occident ou est-il plutôt, aux yeux de la société américaine, celui qui peut justement empêcher ce déclin ?

Comment un libertin qui n’a même pas les connaissances les plus élémentaires de la foi chrétienne a-t-il pu remporter 81% des votes des évangélistes blancs en 2016 ? Pourquoi les évangélistes en sont-ils devenus les plus fervents partisans ? Se pourrait-il que Donald Trump représente l’accomplissement, plutôt que la trahison, des valeurs les plus profondément ancrées des évangélistes ?

Pour répondre à ces questions, il faut peut-être se demander en quoi consiste la culture évangéliste et quel rôle elle joue dans l’évangélisme américain moderne. Quand on y regarde de près, depuis la fin du XIXe siècle, la culture populaire évangéliste fourmille de héros musclés — muscular christianity — qui affirment le pouvoir masculin blanc pour défendre l’Amérique chrétienne.

Se peut-il que Donald Trump soit ce héros musclé et abrasif qui concorde avec la doctrine évangéliste, c’est-à-dire patriarcat, régime autoritaire, politique étrangère agressive, peur de l’Islam, ambivalence envers #MeToo opposition à Black Lives Matter et à la communauté LGBTQ ? Ces valeurs, à mon avis, persisteront encore et longtemps après le départ de Trump, car elles fondent aussi l’Amérique.